médium : le fer

En éliminant à la fois l’imperfection humaine et la couleur des terroirs, on a perdu l’âme du matériau au profit de son aseptisation. Les fers d’aujourd’hui sont fort performants, mais faible d’âme.

Matériau à la fois si commun et mystérieux, le fer occupe désormais dans nos vies une place qui a perdu ses lettres de noblesses. Il y a encore à peine quelques siècles, celui qui possédait pourtant les secrets du fer — les ferrons et forgerons — jouissait d’une certaine autorité, d’un statut et de la protection des détenteurs du pouvoir. La qualité du métal était fort variable en fonction des sources de minerais et des techniques de transformation disponibles. Celui qui avait accès à un acier résistant et au bon pouvoir tranchant se forgeait un nom pour les générations à venir.

Avec l’approche scientifique et le développement des matériaux réfractaires, la compréhension, le traitement et la transformation des produits du fer ont été maîtrisés au point où la seule compétition qui demeure aujourd’hui, à grande échelle, est économique. Pourtant, en éliminant à la fois l’imperfection humaine et la couleur des terroirs, on a perdu l’âme du matériau au profit de son aseptisation. Les fers d’aujourd’hui sont fort performants, mais faible d’âme.

Mathieu Collette est sensibilisé à la cause du fer devenu esclave économique depuis toujours. D’abord inconsciemment, attiré sans comprendre vers la caresse des matériaux nobles, puis grâce à l’acquisition d’un métier — la forge — en comprenant l’implication de la main de l’homme dans le résultat du travail bien fait.

Aujourd’hui il a choisi de dévouer sa carrière à honorer le fer dans toute sa splendeur. Il l’incarne à travers sa création dans des objets qui parlent et racontent une histoire en fer grâce au langage du métier le plus important de l’histoire.

Réinterprétation d’objets forgés

Avec la Révolution Industrielle, la fabrication des objets en fer a été simplifiée au profit des utilisateurs qui avaient désormais un accès facile aux outils, aux armes, à la quincaillerie. Depuis une centaine d’année, les forgerons ont pris la place de légendes, parfois vivante, d’autres fois moins, au coeur des villes et villages du monde.

Ils nous ont pourtant légué un héritage de techniques, une culture du métier et de l’esthétique qui est une richesse incommensurable, à peine exploitée aujourd’hui.

Le forgeron Collette a donc entrepris une démarche artistique où il explore cette mine d’or culturelle et technologique, redécouvrant des techniques d’assemblage, de mise en forme et des notions de design propres aux objets forgés traditionnels.

Par la matière qui parle, il entreprend de laisser chaque oeuvre raconter sa propre histoire : de sa création à son utilisation.

Découvrez ce qui naîtra bientôt du feu du forgeron Collette.

billetforgered

Pendant près de 3000 ans, le forgeron a créer de toute pièce, par le feu et l’enclume, tous les objets en fer des civilisations qui connaissaient ce métal. De la hache du défricheur au canon de fusil du soldat, sans forgeron, un village n’était pas.